Le prix à payer quand votre équipe dysfonctionne

Une équipe qui dysfonctionne peut peser lourd sur votre P&L. Mais, combien ?

Le prix à payer quand votre équipe dysfonctionne

Le virement de trop 😭

En août 2020, la banque américaine Citigroup devait rendre 8 millions de dollars à ses créanciers.

Mais le virement est parti trop vite. Ce sont 900 millions de dollars qui ont finalement été versés.

Si 400 millions ont été rendus, 500 millions resteront dans les poches des bénéficiaires.

 

À qui la faute ? 🤬

C’est la question que tout le monde se pose quand ce genre d’événement arrive.

Est-ce le comptable qui a appuyé sur le bouton ? Est-ce l’ingénieur qui a mal conçu le logiciel de gestion ? Est-ce le chef de service qui a signé un papier sans regarder ?

Quand ces erreurs arrivent, il est normal d’être en colère et de rechercher les causes.

En revanche, ce qui n’est pas normal, c’est de désigner un bouc émissaire.

 

Le danger des bouc émissaires 🐐

Les recherches en anthropologie montrent qu’un bouc émissaire sert à apaiser radicalement les tensions au sein d’un groupe.

Autrement dit : on pointe du doigt une seule personne, on l’exclut du groupe et tout le monde va mieux.

Mais quand une seule personne porte toute la responsabilité d’une erreur, les autres responsables n’ont plus l’occasion de se remettre en question.

Le collectif n’apprend donc pas de ses erreurs et il les reproduit.

 

Une erreur n’est jamais l’affaire d’une seule personne 😬

Pour éviter les boucs émissaires, il faut explorer les causes cachées.

Elles se trouvent très souvent dans la complexité des relations. Par exemple, y a-t-il au sein de votre équipe :

• Des ressentiments jamais exprimés qui empêchent de se concentrer ?

• Des mots qui blessent et cassent la motivation ?

• Des ordres qui annulent les valeurs et les préférences personnelles ?

• De vieilles rivalités que vous pensiez résolues ?

 

La première victime 🎳

Si vous répondez “oui” à une ou plusieurs de ces questions, alors il est possible que derrière les apparences, le climat dans votre équipe soit parfois tendu et menaçant.

Vous pouvez alors observer que certains coéquipiers auront tendance à :

• ne plus tout dire

• dire à l’un mais pas à l’autre

• faire des calculs politiques

• penser qu’ils savent mieux que les autres et ne plus les écouter

La première victime sera donc la qualité de la communication dans votre équipe. Mais les conséquences représentent un coût faramineux pour votre entreprise.

 

Voici combien il en coûte / collaborateur / an 🧮 :

❌ Les erreurs = 3 500 €

C’est le coût moyen des erreurs suite à une mauvaise communication, selon la Society of Human Resource Management. A titre de comparaison, l’unique erreur de Citigroup a coûté 2 380 $ / collaborateur.

 

😒 Le désengagement = 3 726 €

C’est le coût du désengagement (absentéisme, retards, perte de productivité etc.), entretenu par une mauvaise communication.

A vos calculettes : 69% des collaborateurs sont désengagés émotionnellement en France. Un collaborateur désengagé coûte 18% de son salaire annuel à l’entreprise. Avec un salaire moyen de 30 000 €, il en coûte par collaborateur : 30 000 € x 69% x 18% = 3726 €.

 

🚪 Le turnover = 1 767 €

Le stress lié à la mauvaise communication augmente de +119% le risque de turnover.

A vos calculettes : en moyenne en France, le turnover est à 15%. Il en coûte 33% du salaire annuel d’un collaborateur pour le remplacer (temps de recherche, d’interview, d’onboarding, de montée en productivité etc.). Avec un salaire moyen à 30 000 €, le coût supplémentaire de votre turnover est de 30 000 € x 33% x 119% x 15% = 1 767 €

 

63 000 € / équipe / an 💵🔥

Si l’on cumule les conséquences, une mauvaise communication dans vos équipes peut coûter jusqu’à 9 000 € par collaborateur et par an.

Pour une équipe de 7 personnes, prévoyez donc un budget de 63 000 € / an sur votre P&L pour compenser le dysfonctionnement de votre collectif

Heureusement, il est possible de changer les choses.

Dès que l’on commence à arrêter de désigner des boucs émissaires et à prendre soin de la qualité des relations dans ses équipes, ce coût diminue drastiquement.

Cela commence par mener les conversations difficiles que l’on a évité jusqu’à présent.

Les plus lus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *